Newsletter ArtéMédia

Vous désirez recevoir prochainement la lettre d'information d'ArtéMédia. Nous vous remercions de bien vouloir remplir le formulaire d'inscription.

Paul Ardenne « Motopoétique » au MAC de Lyon

Janet Biggs

Janet Biggs – Vanishing Point, 2009 Vidéo, 10’32″ Courtesy de l’artiste, Winkleman Gallery, New York, Connersmith, Washington DC

Éloge de la sensation, l’exposition Motopoétique présente, avec plus de 200 oeuvres, l’art contemporain dans sa relation à la culture moto et une poétique de la moto, une culture visuelle. C’est aussi la relation qu’entretiennent l’homme et la machine.

Pour Paul Ardenne, commissaire de l’exposition et auteur de Moto, notre amour, « la moto est paradigmatique du rapport que l’homme peut établir avec la machine ». 42 artistes nous invitent à l’exploration de cultures parallèles et éveillent une nostalgie du XXe siècle, jusqu’à une vision toute contemporaine avec des oeuvres inédites.

Agrégé d’histoire, docteur en histoire de l’art et esthétique, Paul Ardenne est maître de conférence à l’Université d’Amiens.  Critique d’art (Art Press, Archistorm…), il est l’auteur de plusieurs ouvrages ayant trait à l’esthétique actuelle, à l’art vivant et à  l’architecture.

Paul Ardenne

La moto, je la perçois, je la ressens comme un outil essentiel mis au service d’un sensualisme total. La moto condense tout à la fois le mécanique, le viscéral, l’animal, le brut. Elle est cet autre « objet transitionnel » dont Donald Winnicott aurait pu faire un de ses fétiches psychologiques (1) . Métaphoriquement parlant, je la vois comme l’équivalent d’un double joint. D’une part, le joint qui permet au corps du pilote de se révéler, jusqu’aux limites, en adhérant à lui-même. D’autre part, le joint qui permet la constitution démocratique d’une communauté, d’un collectif, ceux des motards – le « Global Bikeland ». Ce vecteur de « solitarité » (la moto et moi) et de solidarité (nous et la moto) favorise à l’égal l’accomplissement de soi, corporel, et la relation à l’autre, d’essence sociale. La moto est également un vecteur de culture, celle d’une communauté hédoniste et fréquemment retorse à la normalisation, au consensus, à la sujétion. Cumulant, à travers la pratique motocycliste, jouissance, endurance et souffrance consentie, cette communauté s’épanouit au sein de TAZ (Temporary Autonomous Zones, Zone Autonome Temporaire (2) ) toujours mouvantes et sans cesse redessinées – la route, le circuit, le bivouac, le cercle amical, la fête barbare, la horde.

L’art, à qui rien n’échappe, s’empare très tôt de ce cheval de fer fascinant qu’est la moto, ainsi que de son chevalier, le pilote, le « biker », synthèse du centaure, du lutteur et de l’acrobate. Le pilote ne fait pas qu’étreindre sa machine, qu’il glisse entre ses jambes. Il doit affronter l’air, se jouer des pièges du déséquilibre, avancer entre les obstacles, projeté au cœur des éléments comme un solide contre d’autres solides d’une moindre densité. Giacomo Balla, avec Velocità in motocicletta (1913-1914), exprime, le premier, le mouvement complexe associant continuité et discontinuité de la moto et de son pilote dans l’espace. En un tout vibrant et homogène, ce tableau futuriste montre le tandem homme-machine mixé à la vitesse, cette vitesse qui excite et mobilise la vision et tout autant, vient ébranler les repères plastiques de l’art conventionnel. Ici, tout fusionne, motard, machine et environnement, en un bain d’atomes turbulents. Tout s’absorbe dans ce « mouvement qui déplace les lignes » que disait hier encore haïr l’anachronique Beauté vantée par Charles Baudelaire, prisonnière des temps dorénavant ébranlés et obsolètes, de l’immobilité pensive (3) . L’art moderne puis contemporain, que fascinent le déplacement, l’instabilité et le déséquilibre, révère en toute logique la moto – l’objet, le symbole, la machine à sensations – tout comme il révérera le train, l’automobile et l’avion (4) . L’artiste du XXe siècle, comme le rappelle Marc le Bot, est un féru de mécanique (5). Raymond Duchamp-Villon fait de son Grand cheval un hybride entre l’animal et l’embiellage mécanique. Francis Picabia dessine des carburateurs et Arthur Honegger compose Pacific 231 ou Mouvement symphonique n° 1 pour le fi lm La Roue d’Abel Gance, une ode consacrée à une locomotive à vapeur. Le champ de l’art, venu le temps de l’industrie, intègre volontiers la moto à son corpus de valeurs plastiques en s’abstenant de la présenter comme un objet quelconque.

D’emblée, ce produit au service de la mobilité, né du génie mécanique humain, connote le raffinement esthétique, le bruit, l’idée de liberté, le désir d’ailleurs. Christo, Duane Hanson, Wolf Vostell, César, Kenneth Anger, les hyperréalistes, Helmut Newton, bien d’autres encore, feront chacun de la moto, à leur manière, une substance mythique. Dans ce mythe, la machine convie à toutes les fusions (corps-matière-éléments), elle convoque le bien et le mal, le doux et le brut, la violence et la sérénité retrouvée, la plongée au cœur du monde autant que le retrait, la sophistication esthétique, les retrouvailles avec nos corps au-delà des conditionnements et des tabous. La liberté, l’interdit, l’excès, le risque, l’ivresse, la peur_ la moto ajoute à ces différents registres un champ d’expériences humaines comme poétiques. Moins destructrice que la drogue, et non déréalisée comme l’est cette dernière. La moto, à sa façon bien à elle, incarne la possibilité d’une « mythopratique ». Cet engin génère la sensualité et la cérébration autant qu’il véhicule représentations et mythologie sur des modes multiples, au rythme excitant de la percussion rapide.

La culture moto est exhibitionniste et clandestine, chargée à ras la gueule de brutalité, de raffinement et de désir d’essence. La vie y pulse, y irradie. C’est cette culture, envisagée à travers les œuvres d’une quarantaine d’artistes, que l’exposition Motopoétique se propose de mettre en lumière.

D’une manière étendue. Par l’intermédiaire des arts plastiques, d’abord. La moto se prête volontiers à l’image, mais aussi à la performance, aux mises en scène de la « vie nue », cette existence que l’on mène sans filtre, sans filet, à l’approche sensible, le plus possible, de l’accomplissement de soi. Et par l’intermédiaire, tout aussi bien, de la musique, du design, de la parole conférencière. L’accent est mis pour l’occasion, par choix, sur la culture « motoartistique » la plus contemporaine, celle du tournant du XXIe siècle, une culture inédite, pour la première fois présentée dans un musée d’art vivant. Paul Ardenne

(1) Donald Winnicott, Les Objets transitionnels, éditions Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », Paris, 2010. (2) Hakim Bey, TAZ, Zone Autonome Temporaire, Éditions de l’éclat, Paris, 1997. (3) Charles Baudelaire, La Beauté, dans Les Fleurs du Mal (1857), « Je suis belle, ô mortels, comme un rêve de pierre […] Je hais le mouvement qui déplace les lignes, Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris ». (4) Voir notamment le dessin de Filippo Tommaso Marinetti, Premier record, datant du début des années 1910, qui célèbre la vitesse en mettant en scène une compétition au-dessus de l’Atlantique disputée entre bateaux, dirigeables et avions. Pour l’automobile, les exemples de ce lien art-machine sont d’emblée innombrables et leur postérité, riche autant que durable. Cf. Fabienne Fulchéri, introduction, Pleins Phares, Art contemporain et Automobile, Cité de l’Automobile, Mulhouse, 2007. (catalogue d’exposition publié aux Éditions Hazan). (5) Marc Le Bot, Peinture et machinisme, Éditions Klincksieck, Paris, 1973

  • Exposition du 21 février au  20 avril 2014

L’exposition

  • Commissariat : Paul Ardenne
  • Commissaire associée : Barbara Polla
  • Commissaire général : Thierry Raspail
  • Coordinatrice générale : Isabelle Bertolotti
  • Direction de production : Thierry Prat
  • Chargée d’exposition : Marilou Laneuville

LES ARTISTES : CONRAD BAKKER / ELISABETTA BENASSI / JANET BIGGS / TÏA-CALLI BORLASE / BP / ALAIN BUBLEX / BENEDETTO BUFALINO / CLAYTON BURKHART / ANDREA CERA / CRISTINA DA SILVA & OLIVIER MOSSET / JEREMY DELLER & ALAN KANE / LAURENT FAULON / CHRIS GILMOUR / SHAUN GLADWELL / BERNARD JOISTEN / ALI KAZMA / KEVIN LAISNÉ / FLORENT LAMOUROUX / GONZALO LEBRIJA / ANGE LECCIA / TUOMO MANNINEN / LUC MATTENBERGER / MYRIAM MECHITA / MARO MICHALAKAKOS / CHARLES MOODY / MÉLODIE MOUSSET / JEAN-MICHEL PANCIN / PIERRE ET GILLES / GÉRARD RANCINAN / JEAN-BAPTISTE SAUVAGE / LIONEL SCOCCIMARO / JULIEN SERVE / MICHAELA SPIEGEL / XAVIER VEILHAN / PATRICK WEIDMANN / MOO CHEW WONG / RAPHAËL ZARKA / BRIGITTE ZIEGER 

Musée d’art contemporain

Paul Ardenne « MOTOPOETIQUE »


Paul Ardenne « MOTOPOETIQUE » par artemedia-television

Pin ItFollow Me on Pinterest

Partager cet article

Google1GoogleYahooBloggerMyspaceRSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Protected by WP Anti Spam

controls_prev
controls_toggle
controls_next