Newsletter ArtéMédia

Vous désirez recevoir prochainement la lettre d'information d'ArtéMédia. Nous vous remercions de bien vouloir remplir le formulaire d'inscription.

Inauguration de la Gaîté Lyrique : Reportage

La Gaîté Lyrique

Le 2 mars 2011 se fera l’inauguration d’un nouvel espace dédié aux cultures numériques. Ce nouvel espace se nomme la Gaîté Lyrique. L’ouverture au public de la Gaîté Lyrique se fera du 2 au 6 mars. Accessibles gratuitement, ces journées de présentation se feront uniquement sur réservation (réservations). United Visual Artist, un collectif d’artistes visuels britaniques jouera le soir de l’inauguration avec le bâtiment comme avec un instrument de musique. Il sera guidé dans les espaces par un ensemble de personnages à la manière d’un jeu vidéo réel imaginés par le duo français I Could Never Be A Dancer. Il deviendra acteur et se confrontera avec son propre avatar aux autres spectateurs avec la nouvelle création, première en France, de : Rimini Protokoll/Helgard Haug & Stefan Kaegi/Best Before…

Manuelle Gautrand, Sylvie Dao, Steven Hearn, Patrick Zelnik

Depuis 1991, le lieu était à l’abandon et après moult péripéties, la ville de Paris en 2001 décida d’en faire un lieu pour les cultures numériques. Aujourd’hui après un investissement de 85 millions d’euros, l’architecte Manuelle Gautrand à qui le chantier a été confié, déclare avoir travaillé sur la modularité à volonté des espaces. Sur 9500 m2 la « Gaité Lyrique » se destine à accueillir toutes les formes d’arts numériques et toutes les formes de la culture visuelle et musicale. Elle a aussi pour vocation d’offrir un terrain d’expression aux artistes, en leur procurant un panel incroyable d’outils de création, accompagné de moyens technologiques très performant. Le grand public n’est pas non plus oublié avec toutes les semaines des concerts et des spectacles multimédias, des conférences et des projections organisées tout au long de l’année, des espaces jeux, des expositions, et un centre de ressources pour se documenter sur les musiques d’aujourd’hui et la création numérique, mais aussi s’informer en ligne ou consulter des magazines spécialisés du monde entier.

La Gaîté Lyrique

La mairie de Paris pour la gestion de l’établissement a choisi la formule d’une délégation de service public de 7 ans, qu’elle a confiée à Naïve (Patrick Zelnik), au Troisième Pôle (Steven Hearn), et à l’INEO, une filiale de GDF-Suez. La direction et la programmation en seront assumées par Jérôme Delormas.

Monsieur Christophe Girard Madame Manuelle Gautrand

ArtéMédia présent lors de la présentation à la presse de l’établissement a décidé de vous présenter ce nouveau lieu sous forme de reportage. Pour ce faire nous avons interviewer  Monsieur Girard, adjoint au Maire de Paris chargé de la culture et Monsieur Jerôme Delormas directeur général de la Gaîté Lyrique. Nous avons réalisé un  film de présentation d’une durée de 23 mm qui vous permettra en avant première de découvrir de façon plus ludique ce très beau lieu qu’est devenu la Gaîté Lyrique.

Visiter :


Visite guidée de la Gaîté Lyrique

Interview de Christophe GIRARD


Magnifique lieu, construit en 1862, le Théâtre de la Gaîté lyrique laissé à l’abandon depuis 1991, revient à la vie et va de nouveau pouvoir recevoir du public dès mars 2011. Comment un espace tel que celui-ci, a t-il pu rester si longtemps fermé ? Comment et pourquoi la ville de Paris a t-elle décidé de faire renaître cet endroit ?

A la fin des années 1980, un projet désastreux sous la mandature de Jacques Chirac a transformé ce lieu historique en un parc d’attractions appelé « Planète Magique ». Ce fut un véritable fiasco, tant financier que patrimonial. La belle salle à l’italienne du théâtre fut entièrement détruite et 400 millions de francs (61 millions d’euros) furent engloutis dans ce projet. Le parc dut fermer quelques semaines après l’ouverture, puis déposer le bilan en mai 1991.

Laissée à l’abandon depuis 1991, la Gaîté lyrique avait même été ironiquement surnommée par certains riverains « La Tristesse Muette ». Si le lieu est resté si longtemps fermé, c’est qu’il manquait alors le courage et l’ambition politique de faire de ce lieu unique un établissement culturel parisien d’envergure.

Bertrand Delanoë, animé par le désir de faire renaître ce lieu historique, avait souhaité, avant son élection en 2001, sauver et réhabiliter ce bâtiment de 9 500 m2 au cœur de Paris.

Il s’agit en effet d’un lieu magnifique, qui mérite d’être ouvert à tous les Parisiens et même aux curieux du monde entier, qui je n’en doute pas, viendront de loin pour le visiter et découvrir sa programmation unique.

Quel a été le budget global de la reconstruction et de l’aménagement du Théâtre de la Gaîté lyrique ? Quel en sera son budget de fonctionnement ?

Le budget des travaux

Le coût total de l’investissement s’élève à 85 millions d’euros TTC, financés par la Ville de Paris, comprenant un soutien de la Région Ile-de-France à hauteur de 9,9 millions d’euros.

Le budget annuel de fonctionnement (2012)

9,5 millions d’euros.

La participation annuelle de la Ville de Paris

5,45 millions d’euros.

Le Théâtre de la Gaîté lyrique a pour ambition dorénavant d’être un des lieux majeurs dédiés aux cultures numériques, choix pour ce lieu qui pourrait sembler paradoxal à certains ! Pouvez-vous donc et justement nous expliquer le pourquoi de ce choix, et nous dire en quelques mots ce que ce nouvel espace apportera à ses futurs visiteurs ?

A l’ère d’Internet, alors que le digital est omniprésent dans nos vies, la création numérique est incroyablement riche et innovante. Paris, ville ouverte sur le monde, se devait de se doter d’une salle dédiée aux cultures numériques car Paris aime son siècle.

Laboratoire idéal des mutations culturelles de notre époque, le défi de la Gaîté lyrique est de taille : explorer le potentiel immense des cultures numériques, à travers un mélange stimulant et interactif de spectacles vivants, de musiques, de cinéma, de graphisme, de jeux vidéo, de design, de mode et de fêtes.

A la Gaîté lyrique, vous pourrez visiter des expositions thématiques, aller à des concerts uniques grâce aux possibilités technologiques illimitées, assister à des performances multimédia, des conférences ou des projections, boire un verre dans le foyer historique, consulter des revues au centre de ressources en accès libre, jouer dans l’espace jeux vidéo…

A titre d’exemple, lors de l’évènement d’ouverture, il sera possible d’interagir avec le bâtiment de manière très festive, emmené par le brillant collectif britannique UVA (United Visual Artists) : avec les mouvements de leurs corps, les visiteurs pourront jouer avec la lumière, l’image et les sons du bâtiment.

L’architecte Manuelle Gautrand a conçu la nouvelle Gaîté lyrique comme une « boîte à outils modulable à volonté » : le bâtiment est vivant, flexible, capable d’évoluer dans le temps selon les besoins de la programmation et les envies des artistes. Ainsi, les « éclaireuses », petits modules mobiles tantôt bureaux, vestiaires, annexes techniques, ou même résidences d’artistes, peuvent continuellement renouveler les espaces au rythme de la vie du lieu.

La Gaîté lyrique sera un lieu culturel unique, extrêmement contemporain et à l’écoute de son temps, connecté et connectable.

Il faut également citer le site internet gaite-lyrique.net, créateur de contenu avec son magazine en ligne.

A quel genre de public la « Gaîté lyrique » nouveau nom du lieu, s’adresse-t-il ?

La Gaîté lyrique s’adressera naturellement au public qu’on appelle dans le monde anglo-saxon les « digital natives », c’est-à-dire ceux qui sont nés avec la révolution technologique.

Pourtant, si ce public jeune semble le plus évident, la Gaîté lyrique va permettre à tous les publics de trouver leur place.

Lieu de vie plutôt que temple des cultures numériques, la Gaîté lyrique accompagnera tous les publics pour les inviter à partager ses découvertes, participer à des ateliers…

Un travail local avec les écoles, les associations du quartier, et les centres sociaux a déjà commencé, plusieurs mois avant l’ouverture de la Gaîté lyrique. Même les seniors sont pris en compte, avec, par exemple, des ateliers internet et multimédia, animés par l’artiste Albertine Meunier et destinés aux personnes âgées de plus de 77 ans.

Cette nouvelle proposition faite aux parisiens par l’ouverture de la « Gaîté lyrique » répond-t-elle au attentes de ceux-ci ? Quels sont aussi les objectifs et les attentes de la Ville de Paris à ce sujet ?

A l’heure où nous vivons une révolution numérique qui transforme profondément notre société, Paris s’apprête à inaugurer un lieu majeur dédié aux cultures numériques qui me semble indispensable. La pratique d’internet et la création numérique sont souvent associées, à tort, à des pratiques individuelles ou individualistes, alors qu’il existe un réel besoin de rassemblement, pour partager des passions communes. Il manquait un lieu à Paris pour fédérer les publics intéressés par les cultures numériques dans tout leur foisonnement.

Ce sera un lieu de transversalité, à la croisée de tous les domaines artistiques, où la technologie sera au service de la création.

La Gaîté lyrique sera également un lieu qui permettra de faire émerger des talents, notamment grâce à la présence sur le site de résidences d’artistes, de studios d’enregistrement, d’outils multimédias incroyables et d’une chambre sonore.

Enfin, la Gaîté lyrique sera un lieu qui travaillera en collaboration avec d’autres institutions parisiennes. Des partenariats ont d’ailleurs déjà débuté avec le Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam) ou la Maison des Métallos.

Le fonctionnement de la « Gaîté Lyrique » a été confié à une délégation de service public dont les actionnaires sont : naïve, letroisièmepôle et INEO, filiale de GDF SUEZ. La direction de l’équipe exécutive ayant été confiée à Monsieur Jérome Delormas au titre de Directeur général et artistique. Pouvez-vous nous expliquer ce mode de fonctionnement ? Est-ce une nouvelle approche de management, mélanger le public et le privé ?

La délégation de service public (DSP) n’est pas une nouvelle approche de gestion, mais un mode de gestion régi par la loi Sapin de 1993 et très fréquemment utilisé par les collectivités.

Cela signifie que nous confions la gestion d’un service public, dont on garde la propriété, à un délégataire, qui assume une part des risques financiers et qui apporte un savoir-faire. Ce délégataire a des missions de service public (accueil d’un large public, tarifs accessibles, ateliers pédagogiques…) qui justifient que la Ville de Paris verse une « compensation au titre de service public », ce qui est différent d’une subvention.

Vos souhaits et vos espérances Monsieur Christophe Girard pour la « Gaîté lyrique » ? Une longue vie pleine et entière ?

Nous invitons les Parisiens à venir dès le 2 mars explorer et s’approprier la Gaîté Lyrique, lieu de rencontres interactives et multi-sensorielles, lieu d’expérimentation et d’échange, lieu de vie accessible à toutes les générations, je les invite à venir et se laisser porter.

Interview de Jeôme Delormas :


Interview de Jérôme Delormas

Chiffres Clés :

  • 13 000 m2 de surface totale
  • 9500 m2 de surface utilisable
  • 26 m de hauteur
  • 60 m de longueur
  • 35 m de largeur
  • 5 niveaux accessibles au public et 2 niveaux privatifs (espace de création réservés aus artistes)
  • Une capacité globale d’accueil de 1400 personnes

Programmation :

Jusqu’à cet été, la Gaîté lyrique a déjà un certain nombre d’évènements programmés, des concerts, des expositions, des spectacles et autres :

Cycle « Berlin next! »
Cycle artistique du 29 mars au 3 avril autour du nouveau Berlin collaboratif, décalé, européen, cosmopolite et effervescent. Les artistes visuels tels que Evol, Visomat Inc. ou Pfafinderei coîtoieront les musiciens tels que Barbara Panther, Jahcoozi, Pantha du Prince, Apparat, Modeselektor, Moritz von Oswald, DJ Ipek, Vladimir Kaminer, Last Last, Apparat…Seront également de la partie les artistes recommandés par le magazine Groove et le club berlinois WMF, ou encore les journalistes de Backyard Radio, les hackers du Chaos Computer Club…

Des concerts :

  • festival Super Mon Amour du 6 au 9 avril : un programmation pointue, orienté électro rock et rock indépendant. Avec Deerhunter, Architecture in Helsinki, José Gonzalez, Dan Deacon, Nelson… Plus d’infos : http://www.supermonamour.com/
  • Carte Blanche au label In Fine du 13 au 17 avril : label électro américain, In Fine viendra à la Gaîté lyrique proposer de découvrir ses artistes. Plus d’infos : http://www.infine-music.com/

Exposition Matt Pyke & friends
Du 19 avril au 29 mai, exposition du créateur du studio de design graphique Universal Everything qui allie images de synthèse, vidéo, poésie et interactivité.
Décpuvrez son univers : http://universaleverything.com/

Une thématique estivale : Summer Skate
Du 18 juin au 14 août, 1ère grande thématique consacrée à la culture urbaine du skate pour vivre un été poétique, sexy, hyppie et populaire à la Gaité lyrique ! Plus d’infos très bientôt.

GÂITÉ LYRIQUE

Pin ItFollow Me on Pinterest

Partager cet article

Google1GoogleYahooBloggerMyspaceRSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reload Image
Enter Code*:

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Protected by WP Anti Spam

controls_prev
controls_toggle
controls_next